Des assureurs renoncent à mesurer le comportement des conducteurs !
Nexyad explique pourquoi leurs paramètres sont inopérants

 

Selon les Echos “AG Insurance renonce à lier la prime auto au comportement. Pendant huit mois, l’assureur a équipé la voiture de collaborateurs d’une “smartbox”. Verdict? Bof, pas de quoi lier la prime au style de conduite.

En 2014, le bancassureur KBC avait tiré les mêmes conclusions d’un test mené auprès de 150 collaborateurs, dont la voiture avait été équipée d’un dispositif fourni par TomTom.”

Lire la suite :http://www.lecho.be/entreprises/services_financiers_assurances/AG_Insurance_renonce_a_lier_la_prime_auto_au_comportement.9729053-3028.art?ckc=1&ts=1455208594


Pour Nexyad, il n’y a pas de mystère. Jusqu’à aujourd’hui les applications ou boîtiers censés fournir des données sur le comportement des conducteurs fonctionnent sur de mêmes principes falsifiables :

– remontée des données d’accélération et de freinage
– géolocalisation du véhicule
– vitesse dans les virages/courbes
– usage du conducteur (kilométrage, types de route, horaires de conduite par exemple)

Ces informations ne permettent pas de mesurer la “bonne conduite” et de renseigner les actuaires des assurances sur les risques réels pris par leurs clients.
En effet, la corrélation entre la brutalité des accélérations d’une part, la sévérité des freinages d’autre part et la sécurité routière est une croyance erronée. L’hypothèse selon laquelle un freinage sévère relèverait d’un manque d’anticipation du conducteur, et au contraire qu’un freinage léger serait le signe d’une bonne anticipation est fausse. Cela a été démontré formellement par les experts de la sécurité routière. D’ailleurs ces mêmes experts sont persuadés qu’une conduite Eco est nécessairement dangereuse : conduire Eco c’est garder l’inertie du véhicule, et donc freiner le moins possible, ce qui pousserait les conducteurs Eco à retarder leur décision de freinage y compris devant un vulnérable (piétons, vélos, scooters, etc.).

Nexyad a travaillé depuis 2001 sur ces questions au travers de 4 programmes de recherches nationaux collaboratifs et dispose aujourd’hui d’une application totalement disruptive qui mesure l’Eco conduite, mais aussi la sécurité routière.
Ce travail a consisté durant 15 ans à construire les règles de causalité des accidents. Cela est entièrement différent des approches statistiques. Un actuaire d’assurance qui constaterait que la majorité des conducteurs de moins de 25 ans possédant une voiture rouge ont plus d’accidents que les autres pourrait moduler sa tarification sur ce critère. Ceci est un raisonnement sur des corrélations et non pas sur des relations de cause à effet.

Pour en savoir plus :  http://nexyad.net/Automotive-Transportation/?p=1781